LIVRAISON GRATUITE À L’ACHAT DE 4 MASQUES OU PLUS

DE FOUS DU PLASTIQUE À MALADES DE PLASTIQUE : Oui ! Il est possible de se protéger tout en protégeant la Planète

Shutterstock

Date

Sessions éducatives CIMU 2023

Re-bonjour,

Nous sommes particulièrement heureux.ses que vous considériez notre présentation dans votre programme du Congrès international de médecine universitaire 2023 (ICAM-CIMU)

au Centre des congrès de Québec

(1000 Bd René-Lévesque Est Québec, QC, Canada, G1A 1B4)

le samedi 15 avril 2023 

à 15 h

Salle # 308A (Niveau 3,Salles de séances éducatives)

Quelques détails supplémentaires sur l’histoire que nous  raconterons pendant ces 45 minutes :

PARTIE 1 : DE FOUS DE PLASTIQUE À MALADES DU PLASTIQUE : L‘AUTRE PANDÉMIE SILENCIEUSE

En utilisant un matériau pratiquement éternel pour fabriquer la plupart des objets à usage unique, l’humanité a, en l’espace d’un siècle, saturé la planète de plastique par accumulation. Ce problème mondial a suscité beaucoup d’intérêt au cours de la dernière décennie et la recherche montre qu’il n’y a pas un seul compartiment ou organisme sur Terre qui ne soit contaminé par des particules de plastique de toutes tailles, dont certaines sont si fines qu’elles peuvent pénétrer dans le sang, le placenta ou le lait maternel.

Nous sommes à l’aube de la compréhension de l’influence de la pollution plastique sur la santé humaine et écosystémique, mais une nouvelle pathologie, la plasticose, est déjà décrite.

(https://solutions.frettdesign.ca/fr/plasticose-lautre-pandemie-silencieuse)

(En mettant l’accent sur le cas du masque chirurgical à usage unique pendant la pandémie, mais aussi avant et après)

PARTIE 2 : DU RÉUTILISABLE À L’USAGE UNIQUE, AU RÉUTILISABLE À NOUVEAU

L’habitude de jeter des consommables au bout de quelques secondes ou de quelques heures est telle qu’on a du mal à imaginer qu’on puisse fonctionner autrement. Pourtant, l’histoire montre que le besoin en produits à usage unique a été majoritairement créé et n’est donc pas une fatalité – même en médecine -, et le présent montre qu’une croissance soutenable et durable passe par des biens durables.

(En mettant l’accent sur la façon dont les masques chirurgicaux jetables et sur le fait qu’ils sont à usage unique pour de nombreuses raisons)

PARTIE 3 : NOTRE RÉPONSE, LA TECHNOLOGIE ëncore®

Avec nos médias de filtration de pointe, nous avons rendu possible le chaînon manquant entre le masque médical à usage unique, filtrant, confortable et pratique mais écologiquement désastreux, et le masque en tissu ordinaire, réutilisable mais beaucoup trop limité en filtration ou en respirabilité. Le vrai défi était d’ajouter la durabilité à l’efficacité de filtration sur les  particules fines et à la respirabilité pour garder un niveau inégalé de performances dans un respect maximal des ressources et de l’environnement pour au moins 100 lavages. Il aura fallu toute l’aide de la physique submicronique pour y parvenir.

PARTIE 4 : NOTRE AUTRE GRAND PLUS,  LA CERTIFICATION MÉDICALE

L’absence de garantie sur les performances des masques réutilisables a été un frein majeur à leur déploiement en remplacement des masques à usage unique. C’est pourquoi nous avons consacré beaucoup de temps et d’énergie aux certifications jusqu’à, entre autres, l’approbation comme Dispositif Médical par Santé Canada..

Les tests ont été omniprésents et cruciaux tout au long du processus de développement de la technologie de filtration ëncore® et des masques etrëma®. Au point où ils sont devenus un sujet de recherche en soi, et où il est devenu évident que si les EPI doivent évoluer, la façon dont ils sont testés doit aussi le faire.

PARTIE 5 : AU-DELÀ DES MASQUES MÉDICAUX, LES 1001 USAGES DE LA TECHNOLOGIE ëncore®

La gamme des utilisations possibles pour un support de filtration robuste, hautement respirant et très efficace sur les particules fines est incroyablement large, notamment dans le domaine médical.

PARTIE 6 : IMAGINEZ… UN AVENIR PLUS PROPRE ET PLUS SAIN

Imaginez une nouvelle pandémie sans pénurie dEPI à usage unique, ni pollution plastique massive…

Imaginez un monde où le système de santé ne contribue pas massivement à la production de GES et de déchets plastiques…

Imaginez un monde où plus de 98 % de tout le plastique est économisé dans la fabrication des médias de filtration…

You can say we are dreamers, but we are not the only ones, and we hope you will join us!

Vous pouvez également nous rendre visite pour discuter et refaire le monde à notre stand # 501 (niveau 2)

Nous pouvons le refaire ensemble.

-Antoine Palangié et Michelle Secours

 

QUI SOMMES NOUS?

Michelle Secours est présidente et fondatrice de FRËTT SOLUTIONS.

Elle a d’abord étudié le cinéma et la communication avant d’obtenir son diplôme de designer à l’école de mode du Collège Marie-Victorin à Montréal. Depuis 1997, elle est propriétaire de FRËTT DESIGN, la société mère de FRËTT SOLUTIONS, un grand nom des textiles et vêtements éthiques et écoresponsables au Québec. Profondément engagée dans la protection de l’environnement, Michelle a fait de la réduction des impacts de l’industrie textile la mission principale du groupe FRËTT. La ligne etrëma® et sa technologie ëncore® sont la suite logique de l’engagement de Michelle et de ses partenaires depuis 25 ans pour le développement durable et le progrès social dans les industries du textile et de la mode.

Antoine Palangié BEng, MSc, PhDc supervise toute la science – y compris la communication scientifique – chez FRËTT SOLUTIONS.

Il est diplômé en France en tant qu’ingénieur procédés spécialisé dans le traitement des déchets et des effluents. Véritable passionné d’environnement et grand voyageur, il a vite compris que cette vision ‘’au bout du tuyau’’ ne suffirait pas, et il a complété cette formation par un master en développement durable qui l’a amené au Mali pour étudier la pollution des eaux de surface dans les villes sub-sahariennes. Après quelques années comme consultant et ingénieur de recherche en Europe, il s’envole pour Montréal pour commencer sa vie en Amérique du Nord et un doctorat en génie écologique sur les marais artificiels en climat nordique. Antoine a ensuite travaillé 6 ans comme journaliste scientifique pour sensibiliser le public aux enjeux environnementaux, et a lancé ELIPTO, une entreprise inédite utilisant les drones comme outils éco-efficaces de collecte de données.

Partager l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn

Autres
nouvelles